Retour

Actualités

Décret sur le secteur optionnel

Les présidents des mutuelles affiliées au groupe Istya s’insurgent contre le décret sur le secteur optionnel.

Déclaration commune

En publiant le décret imposant aux mutuelles la prise en charge des dépassements d’honoraires pour les chirurgiens et gynéco-obstétriciens à hauteur de 150 %, le gouvernement a avant tout voulu effectuer un affichage électoraliste.

En une période de crise économique :

  • Plutôt que s'attaquer aux pratiques qui génèrent des inégalités d'accès aux soins, il a décidé de contraindre les mutuelles.
  • Plutôt que de revaloriser les actes des praticiens exerçant à « tarif opposable », il a préféré légitimer le secteur à honoraires libres.
  • Plutôt que de poser clairement le débat de l’accès aux soins, il a préféré ignorer les préoccupations des Français et des associations et organisations sociales.

Après avoir multiplié les taxes sur les mutuelles par 12 en 8 ans et après avoir, en 2011, signé une convention médicale qui entraînera de nouveaux coûts à la charge des assurés sociaux, le gouvernement prend une nouvelle décision contraire à l’intérêt général.

Pour les mutuelles du groupe Istya cette mesure vise à amplifier la déconstruction d’un dispositif social et solidaire : elles en dénoncent la forme et le fond.

Thierry Beaudet, président du groupe MGEN, président du groupe Istya
Gérard Vuidepot, président du groupe MNH
Jean-Pierre Moreau, président général de la MNT
Hubert Borderie, président de la MGET
Jean-Marie Soubies, président de la MCDEF
Louis Dominici, président de la MAEE

30/06/2012 Retour